En l’espace de quelques minutes, ce petit drame émotionnel aura pris fin

En l'espace de quelques minutes, ce petit drame émotionnel aura pris fin

Le temps mort permet à l’enfant de ressentir ses émotions primaires, et ainsi de renouer avec ses besoins. Si l’enfant se soustrayait à voue autorité, c’est parce qu’il avait perdu de vue son besoin d’être guidé comme son désir de coopérer. En soumettant l’enfant à un temps mort, nous lui offrons l’occasion de résister à nos volontés. Il se produit alors un déclic qui fait remonter ses émotions à la surface. Il se sent pas seulement ému ou perturbé ; il ressent avec acuité chacune de ses émotions. Se confronter à ce temps mon éveille sa sensibilité. C’est alors qu’il mesure pleinement son besoin d’affectation, de compréhension, de soutien et d’orientation. En un mot, son besoin d’amour, qui ravive à son tour son désir de coopération.

Les enfants viennent du paradis. Ils naissent avec la volonté de faire plaisir pour obtenir ce dont ils ont besoin. C’est parce qu’ils ont besoin d’amour et de soutien pour survivre qu’ils arrivent sur terre enclins à coopérer et à satisfaire leurs parents.

Parfois ces différents niveaux de sentiments émergent de la première requête. À d’autres moments, ce sera au cours d’une douce conversation. Parfois encore, lorsque les besoins de l’enfant resteront insatisfaits ou qu’il sera particulièrement stressé, il lui faudra plusieurs temps morts pour qu’il cerne et évacue ses trois niveaux de résistance émotionnelle que sont la colère, la tristesse et la peur.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s