La layette

La layette

La manière et le moment d’acheter le trousseau sont révélateurs d’une personnalité. Certains achètent tout avant, d’autres attendent la naissance par superstition ; certains choisissent la tradition du bleu ou du rose, d’autres préfèrent des couleurs plus vives. Mais quels que soient les choix, ces achats sont affectifs, on voit le bébé, on l’imagine, on est attendri. Bras dessus, bras dessous, le jeune couple qui choisit la layette le fait à deux, comme on accomplit un acte important. Mais avant d’entrer dans un magasin, il faut penser – sous peine de trop acheter – aux besoins de l’enfant.

AU DÉBUT, VOTRE ENFANT VA GRANDIR ET GROSSIR TRÈS VITE

Le poids et la taille d’un enfant changent si vite que l’on divise les six premiers mois en trois tailles 1 mois, 3 mois et 6 mois. Voyez page suivante le tableau sur la « layette de base » qui propose des vêtements pour ces trois tailles.

Pour faire vos achats, tenez donc bien compte de la croissance d’un bébé, et n’achetez pas trop à l’avance pour ne pas risquer de vous retrouver avec des vêtements devenus vite trop petits. Certaines marques proposent une taille « naissance ». Cette taille peut être bien adaptée à certains bébés, par exemple à des jumeaux qui sont souvent de petit poids. Mais cette taille « naissance » risque de ne pas servir longtemps à un bébé de poids moyen. Pour lui, il vaut mieux prévoir la taille « 1 mois ». Quant aux bébés prématurés, on trouve dans les magasins de puériculture, toute une layette adaptée à leur poids et à leur taille.

Par ailleurs, avant de faire vos achats, sachez que la manière d’indiquer les tailles n’est pas la même dans toutes les marques et pour tous les vêtements. Mais le plus souvent, les âges sont indiqués ainsi que la taille en centimètre. En plus, vous vous familiariserez vite avec les différentes marques celles qui taillent plutôt petit, celles qui taillent un peu grand.

Combien de pyjamas, de bodys, de salopettes ?

Vous adapterez, bien sûr, cette layette, à la saison où naîtra l’enfant et à la région que vous habitez. Vous pourrez y ajouter un petit peignoir de bain, avec capuchon pour essuyer la tête du bébé. Et pour les sorties, un nid d’ange (petit sac avec capuche) ou une combinaison-pilote seront pratiques car ils enveloppent bien le bébé.

LA LAYETTE DE BASE
1 MOIS 3 MOIS 6 MOIS
Bodys en coton 6 6 6
Brassière de laine 1
Pyjamas
Surpyjamas ou turbulettes 1 2 2
Combinaisons 4 4 4
Robes ou salopettes 2 2
Cardigans en laine
ou vestes en laine
Cardigans en coton (molletonné)
Chaussons ou chaussettes 4 4 4
Serviettes (pour les repas) 3 3 3
Bonnet (ou chapeau)

Des mamans nous ont demandé quelques explications sur les modèles de base.

Le body est devenu l’incontournable de la layette du bébé : à manches longues ou courtes, façon débardeur ou à fines bretelles, blanc ou coloré, rayé ou à motifs, il devient un vêtement à lui tout seul lorsqu’il fait chaud. Toujours en coton, il est agréable à porter et couvre bien le ventre. On peut utiliser les bodys dès la naissance car certains se croisent et se ferment par des petits liens ou des pressions : on n’a pas à les enfiler par la tête, ce que n’aime pas un nouveau-né.

La turbulette, ou gigoteuse, est un petit sac de couchage avec emmanchures et s’enfile sur le pyjama. Elle remplace la couette, déconseillée chez le bébé. Vous la choisirez plus ou moins épaisse, selon la saison. Le sur pyjama est un peu plus chaud que la turbulette puisqu’il a des manches.

La combinaison, avec entrejambe à pressions qui facilite le change, est pratique en toute saison : avec ou sans manches, version longue ou courte, en coton léger ou plus épais. Elle peut être remplacée par un pantalon ou une jupe et une blouse, une barboteuse, une robe et un caleçon, etc.

Ce que vous pourrez faire vous-même

Presque tout si vous aimez coudre, tricoter, et si vous avez du temps robes, salopettes, peignoir de bain ; tout ce qui est en laine : brassières, vestes, chaussons, bonnets, etc. Vous trouverez des modèles dans les albums spéciaux de layette, ou dans les magazines féminins.

Les vêtements de cette liste vous serviront tant que votre bébé restera couché dans son berceau. Lorsqu’il se mettra à ramper dans son parc, vous l’habillerez autrement. L’habillement de l’enfant qui marche est simplifié. Il est inutile de vous donner une liste ; vous ferez vos achats selon votre budget et vos goûts ; rappelez-vous seulement que les vêtements d’un enfant doivent être:

Featured image

  • faciles à enfiler : de larges encolures et emmanchures vous éviteront une bataille quotidienne pour habiller votre enfant
  • pratiques : les salopettes et les combinaisons fermées par des pressions à l’entre jambe facilitent les changes
  • peu fragiles, sinon vous serez tenté de dire sans cesse « ne te traîne pas par terre, tu vas te salir ». Ce qu’il fera quand même.

PAS TROP COUVERT

Les bébés trop couverts sont beaucoup plus nombreux que ceux qui ne le sont pas assez. En voyant leur enfant si petit, en apparence si fragile, les parents ont peur qu’il ne puisse réagir contre le froid. Ils pensent que sa température va s’abaisser et se rassurent en l’emmitouflant de plusieurs épaisseurs.

Or, dès sa naissance, le nouveau-né est capable de réguler sa température corporelle. S’il est né à terme, son système de régulation thermique, thermostat très perfectionné, peut fonctionner : la température de son corps est maintenue à 37°, malgré les variations extérieures. Ce système n’est pas encore mature chez le prématuré, c’est pourquoi on le place dès sa naissance dans une couveuse.

Il n’est donc pas nécessaire de beaucoup couvrir un nouveau-né ou un bébé. Mais pour l’habiller, il faut néanmoins tenir compte de quelques particularités.

  • Le bébé, remuant peu, ne bénéficie pas de la chaleur apportée par une activité physique. Pour compenser, vous pouvez ajouter à son habillement une épaisseur par rapport à ce que vous portez. Couvrez-le comme une personne qui ne bouge pas, par exemple comme vous aimeriez l’être si vous restiez assis pendant une longue période. Contrairement à une idée répandue, couvrir beaucoup un enfant, ne l’empêche pas de « prendre froid » ; les rhumes, angines, otites ont une autre origine.
  • Chez le bébé, la surface de la peau est très importante par rapport à son poids. S’il fait froid et si l’enfant est normalement couvert, il n’y a pas de problème. En revanche, s’il fait chaud, la surface de peau exposée à la chaleur est considérable, ce qui peut favoriser une évaporation et donc entraîner un déficit en eau. En cas de forte chaleur, soyez particulièrement attentifs avec votre bébé, encore plus s’il est nouveau-né :

– ne lui-mettez qu’un body et une couche, et même n’hésitez pas à le laisser nu

– gardez-le le plus possible dans un endroit frais

– évitez de le sortir aux moments chauds de la journée

– veillez à lui proposer régulièrement à boire de l’eau plate ; si vous allaitez, buvez suffisamment pour pouvoir lui donner fréquemment le sein ; en effet, proposer systématiquement de l’eau au bébé risque de perturber l’allaitement.

Featured image

  • Enfin, puisque le bébé ne peut pas dire s’il a trop froid ou trop chaud, c’est à vous de veiller à ce que son habillement soit bien adapté à la chaleur et au lieu où il se trouve. Les parents le font spontanément pour passer du chaud au froid (par exemple pour sortir en hiver), mais ne pensent pas nécessairement à déshabiller leur bébé lorsqu’ils entrent dans un espace chauffé. Et même si votre bébé naît en été, il est bon de prévoir un petit lainage. Il ne faut pas hésiter, plusieurs fois au cours de la journée, à lui enfiler ou à lui ôter une petite veste en laine ou en coton.

L’enfant plus grand

Eviter de trop couvrir un enfant est valable aussi lorsqu’il est plus âgé. Dehors, s’il est trop couvert et qu’il court, il transpire et n’est pas à son aise. De même à la maison, si l’appartement est trop chauffé. Enfin, lorsque vous habillez votre enfant, rappelez-vous que d’une façon générale, les enfants sont moins frileux que les adultes et remuent davantage.

DE LA TÊTE AUX PIEDS : QUELQUES DÉTAILS

Bonnet et chapeau

Porter un bonnet est confortable pour le bébé car son crâne, peu protégé par les cheveux, est d’une surface importante par rapport au reste du corps. Mais ne l’embarrassez pas avec un bonnet trop couvrant ou trop volumineux : les modèles les plus simples feront très bien l’affaire.

En revanche, le chapeau – ou la casquette – est indispensable en cas de soleil, quel que soit l’âge de l’enfant. Grâce à leur visière, les chapeaux et casquettes protègent mieux les yeux que les foulards ou bandanas.

Les couches

Les couches se perfectionnent tous les jours, hier, roses pour les filles, bleues pour les garçons, aujourd’hui compactes et unisexes, demain on trouvera certainement une nouvelle proposition. On peut aussi trouver en pharmacie des couches jetables tout en coton, utiles en cas d’érythème fessier.

  • Les couches en tissu ne sont pratiquement plus utilisées aujourd’hui comme change pour le bébé. Mais certains parents continuent à les préférer pour une question de budget ; et aussi pour préserver l’environnement en lavant les couches au lieu de les jeter. A part la question du change, avec un petit bébé, on a souvent besoin de couches en tissu (appelées parfois lange) : pour la mettre sur l’épaule quand il fait ses renvois, pour la mettre sous sa tête, dans son berceau, et qu’il soit ainsi toujours au propre et au sec ; et demain la couche sera peut-être le « doudou » bien-aimé, etc.

Coton ou synthétique ?
Il est recommande de ne pas mettre de tissus en matière synthétique directement sur la peau d’un
bébé, de ne pas les utiliser avant 3 ou 4 mois, enfin, de s’en servir avec précaution, c’est-a-dire sans
insister dès qu’apparaît une réaction. Pour ces raisons, il semble plus simple d’acheter des articles en
coton ou en laine pour la layette du bébé et de réserver le synthétique pour les vêtements que l’enfant portera plus tard.
L’entretien du linge
Coton. Lavage dans une machine : c’est évidemment la solution la plus pratique.
Lavage a la main : savon de Marseille ou en paillettes ; toujours bien rincer. Et si on tient a mettre
de l’eau de Javel, rincer encore plus. Attention aux produits de lessive trop puissants oui peuvent irriter la peau du bébé. Pour cette raison, il est déconseille d’utiliser des produits adoucissants.
Lainages. La plupart peuvent être laves a la machine, à basse température bien sur.Mais certaines
mamans préfèrent laver les lainages a la main pour être sures qu’ils ne feutrent ni ne rétrécissent.
Nous vous rappelons les précautions a prendre : laver a l’eau tiède, presser les lainages entre les
mains, ne pas les tordre, ni les frotter. Rincer, deux fois, trois fois, dans une eau a même température
que l’eau de lavage. Rouler les lainages dans une serviette (ou bien les essorer dans la machine), faire
sécher a plat. Si nécessaire, les repasser, légèrement numides, avec un fer a vapeur.
Les chaussures
Lorsque l’enfant ne marche pas encore, on peut lui mettre des chaussons ou des bottines, pour ou’il
n’ait pas froid aux pieds. Certains, en peau retournée, sont très confortables en hiver. Les chaussures
sont inutiles si, pour sortir, vous mettez a votre bébé une combinaison avec pieds. C’est plus confortable pour l’enfant qui ne marche pas encore.
Quand il marchera, quelles chaussures lui mettre ? Choisissez des chaussures :
– qui assurent un bon maintien de la voûte plantaire et de la cheville
-qui aient un contrefort interne pour bien soutenir le pied
– qui, en même temps, laissent une certaine liberté aux pieds.
– Enfin, essayez les chaussures a l’enfant avant de les acheter.
C’est un faux calcul hélas, de vouloir acheter des chaussures trop grandes par mesure d’économie.
Dans des chaussures trop grandes, l’enfant tombe plus facilement. Il prend une mauvaise posture.
Mieux vaut prendre des chaussures moins chères, mais a la taille de votre enfant, c’est-a-dire dont
la longueur intérieure dépasse seulement d’un centimètre le bout du gros orteil quand l’enfant est
debout. Et choisissez-les de préférence a bout large et rond pour laisser les orteils remuer librement.
Évitez, si vous le pouvez, de faire porter les chaussures d’un frère ou d’une sœur aînée si elles sont
usées ; leur précédent propriétaire leur a donne une certaine forme. Il n’est pas dit que cette forme
soit celle qui convienne aux pieds du cadet.
Les pieds de l’enfant grandissent vite ; ces premières chaussures seront bientôt trop petites. Vous
devez vous assurer souvent ou’il y est a l’aise, et, quand vous constaterez que le pros orteil touche
le bout (en sentant, avec votre index, sa marque a l’intérieur de la chaussure), il faudra malheureusement acheter une nouvelle paire de chaussures…
A la maison, s’il fait suffisamment chaud et s’il ne risque pas de se blesser (attention aux échardes),
laissez l’enfant pieds nus ou en chaussettes. Etre en contact avec le sol est bon pour lui, tant pour la prise de conscience de son corps que pour le contrôle de son équilibre .Les adultes eus aussi aiment se déchausser et marcher pieds nus.

Une dernière recommandation :ne mettez pas à votre enfants (au moins jusqu’à 3-4 a,s),d’une manière régulière et prolongée,des petites bottes en caoutchouc .Ces bottes retiennent la transpiration.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s